Contactez-moi

Jennifer AUBERT
06 98 72 87 34

Ou bien par l'intermédiaire du formulaire ci-dessous


Formulaire de contact

Les Témoignages

Retrouvez ici les témoignages de mes patients.

 

Voir les témoignages

Presse et évènements

Emissions TV, salons, presse... Retrouvez toute l'actualité et les évènements de Jennifer !


En savoir plus

Aller plus loin

Retrouvez ici toutes les fiches résumant les différents rôles, les sources, les AET… des différents nutriments (protéines, lipides, glucides, minéraux, vitamines…)

En savoir plus

Vitamine K

Il existe deux types de vitamine K :

– La vitamine K1 (ou phylloquinone) : d’origine végétale

– La vitamine K2 (ou ménaquinone) : d’origine animale

1) Rôles

La vitamine K joue deux rôles principaux :

  • Elle joue un rôle de coenzyme
  • Elle intervient dans la coagulation du sang et a donc un rôle majeur dans la prévention des hémorragies

2) Carences

Chez l’homme, les carences en vitamine K sont rares et elles se manifestent par des troubles de la coagulation avec des hémorragies.

3) Toxicité

Il n’existe pas de toxicité suite à l’administration de fortes doses de forme naturelle de vitamine K.

4) Apports nutritionnels en vitamine K

Les besoins sont encore mal connus. La seule certitude est qu’ils sont extrêmement faibles car le mécanisme de recyclage est très efficace.

L’ANSES (Agence française de sécurité sanitaire des aliments) propose 45 micro g par jour pour les adultes.

5) Sources alimentaires

Les besoins sont couverts par une alimentation variée puisqu’un repas normal peut apporter jusqu’à 300 à 400 micro g de vitamine K.

100-1000 micro g de phylloquinone 10-100 micro g de phylloquinone 1-10 micro g de phylloquinone 0,1-1 micro g de phylloquinone
Brocoli Haricot-vert Pomme Avocat
Chou Concombre Aubergine Maïs
Laitue Poireau Bœuf Poisson
Cresson Pois Huile de maïs Ananas
Epinard Huile d’olive Huile de tournesol Orange
Huile de colza Foie Yaourt
Huile de soja Prune Banane

En conclusion, la vitamine K peut être administrée à titre préventif lorsqu’il a risque d’hémorragie, systématiquement pour le nouveau-né » et dans les états de carence consécutifs à certaines affections (hépatite, cirrhose…).

FacebookTwitterPartager