Contactez-moi

Jennifer AUBERT
06 98 72 87 34

Ou bien par l'intermédiaire du formulaire ci-dessous


Formulaire de contact

Les Témoignages

Retrouvez ici les témoignages de mes patients.

 

Voir les témoignages

Presse et évènements

Emissions TV, salons, presse... Retrouvez toute l'actualité et les évènements de Jennifer !


En savoir plus

Aller plus loin

Retrouvez ici toutes les fiches résumant les différents rôles, les sources, les AET… des différents nutriments (protéines, lipides, glucides, minéraux, vitamines…)

En savoir plus

Vitamine B12

1) Rôles

La vitamine B12 (ou cobalamine) est indispensable à la coagulation du sang et à la synthèse des acides nucléiques (ADN, ARN).

2) Carences

La carence en vitamine B12 est responsable de l’anémie pernicieuse appelée maladie de Biermer. Elle s’accompagne d’une atrophie des muqueuses digestives (destruction des cellules de la paroi de l’estomac) et de lésions nerveuses (troubles de la sensibilité, de la marche, paralysies…).

3) Toxicité

Il ne semble pas exister d’hypervitaminose en vitamine B12.

4) Apports nutritionnels conseillés en vitamine B12

Ils sont de 3,4 micro g par jour pour les hommes et de 2,4 micro g par jour pour les femmes adultes.

5) Sources alimentaires

La vitamine B12 se trouve exclusivement dans les produits d’origine animale. Le foie, organe de réserve, en contient beaucoup.

Les autres sources principales sont le jaune d’œuf, les viandes, les poissons, les coquillages, le lait et les produits laitiers.

Aliments sources Teneurs moyennes en vitamine B12 (micro g/100g)
Foie 75
Rognons 40
Coquillages (huître, palourde, bulot) 15
Autres abats 10
Poissons, viandes 1,7
Œufs 1,6
Fromages 2
Lait, laitages 0,4

En conclusion, une supplémentation en vitamine B12 est indispensable pour les personnes souffrant d’anémie pernicieuse ainsi que chez les gastrectomisés.

De plus, une attention particulière doit aussi être accordée aux femmes ayant une alimentation de type végétalien qui doivent percevoir une complémentation en vitamine B12 en période de grossesse et d’allaitement.

FacebookTwitterPartager

Vitamine C

1) Rôles

La vitamine C (ou acide ascorbique) joue plusieurs rôles dans:

– La synthèse du collagène, de l’élastine, des catécholamines et de la carnitine en tant que coenzyme

– La neutralisation des radicaux libres

– La protection de la vitamine E tissulaire de l’oxydation

– L’inhibition des nitrosamines, composés cancérigènes

– Le métabolisme de l’histamine

– Le métabolisme du fer en augmentant son absorption

– Les réactions immunologiques anti-infectieuses

2) Carences

Les carences d’apport sont fréquentes, d’autant que la vitamine C n’est quasiment pas stockée dans l’organisme. Un apport quotidien est donc nécessaire.

La carence est responsable du scorbut chez l’adulte et de la maladie de Barlow chez l’enfant.

3) Toxicité

Il n’y a pas de toxicité pour des doses inférieure à 1g.

Les risques se situent pour des consommations régulières supérieures à 500mg/jour avec un risque de formation de calculs rénaux, le risque d’accoutumance avec rebond scorbutique, le risque d’accumulation de fer et le risque de malaise digestif dû à l’acidité de cette vitamine.

4) Apports nutritionnels conseillés en vitamine C

Les apports nutritionnels conseillés sont facilement couverts grâce à une alimentation intégrant au minimum 400g de légumes et 300g de fruits par jour.

Ils sont donc de 110mg par jour pour les hommes et femmes adultes.

Cependant, il faut privilégier la cuisson à la vapeur ou sous pression qui préserve au mieux les teneurs en vitamine C.

5) Sources alimentaires

La vitamine C est très répandue dans la nature. Tous les végétaux en contiennent même si cette proportion reste très variable.

Les fruits et les légumes représentent environ 70% de l’apport journalier.

Aliments sources Teneurs moyennes en vitamine C (mg/100g)
Cassis, goyave 200
Kiwi 80
Fraise 60
Chou de Bruxelles, brocoli, chou blanc, chou rouge, persil, poivron, oseille, épinard, fenouil 60
Agrumes (orange, pamplemousse, mandarine, citron), mangue, groseille 45
Chou-fleur 40
Foie 20
Melon, brugnon 20

En conclusion, une supplémentation doit avoir lieu en cas d’accroissement des besoins, à titre préventif ou curatif en cas de rhume et pour les fumeurs de plus de 10 cigarettes par jour qui ingèrent en moyenne 20 à 30mg de vitamine C de moins que les non-fumeurs.

Vitamine D

Le nom de vitamine D ou calciférol a été donné à une famille de composés ayant une activité antirachitique.

On peut distinguer deux molécules principales :

  • La vitamine D2 (ou ergocholécalciférol) : d’origine végétale
  • La vitamine D3 (ou cholécalciférol) : d’origine animale

1) Rôles

C’est une vitamine qui joue un rôle majeur dans la régulation du métabolisme phosphocalcique :

– elle entraîne une augmentation de l’absorption intestinale du calcium et du phosphore

– elle favorise la réabsorption du calcium et des phosphates au niveau du rein

– elle favorise la minéralisation osseuse

– elle contrôle le transport placentaire du calcium pour favoriser la minéralisation osseuse du fœtus

2) Carences

La carence en vitamine D entraîne :

  • Chez l’enfant, le rachitisme qui apparaît principalement entre 6 mois et 2 ans
  • Chez l’adulte, l’ostéomalacie qui se caractérise par un ramollissement des os par insuffisance de fixation calcique
  • Chez l’adulte, l’ostéoporose qui correspond à la décalcification osseuse fragilisant l’os et se manifestant par des fractures (très fréquente chez les personnes âgées)

3) Toxicité

A dose élevée, des effets toxiques sont observés (anorexie, nausées, vomissements, polyurie…).

4) Apports nutritionnels conseillés en vitamine D

En raison de sa double origine et des fluctuations saisonnières de la production endogène, les ANC sont difficiles à déterminer :

– Soit ils ne tiennent pas compte de l’exposition au soleil

– Soit ils en tiennent compte

L’ANSES (Agence française de sécurité sanitaire des aliments) recommande cependant des apports pour les hommes et femmes adultes de 5 micro g/jour.

5) Sources

En France, la vitamine D provient en majeure partie (2/3) de la synthèse endogène partir du cholestérol sous l’action des U.V.

L’alimentation peut en tant que source exogène, apporter jusqu’à 4 micro g de vitamine D.

Aliments sources Teneur moyennes en vitamine D (micro g/100g)
Poissons de mer gras (saumon, hareng, sardines, anchois) 15
Maquereau, flétan, anguille, thon, huître 5
Œufs de poisson 2
Œufs ²,7
Beurre 1,3
Abats (foie, cœur) 1
Lotte 0,5
Lait entier 0,1

Vitamine K

Il existe deux types de vitamine K :

– La vitamine K1 (ou phylloquinone) : d’origine végétale

– La vitamine K2 (ou ménaquinone) : d’origine animale

1) Rôles

La vitamine K joue deux rôles principaux :

  • Elle joue un rôle de coenzyme
  • Elle intervient dans la coagulation du sang et a donc un rôle majeur dans la prévention des hémorragies

2) Carences

Chez l’homme, les carences en vitamine K sont rares et elles se manifestent par des troubles de la coagulation avec des hémorragies.

3) Toxicité

Il n’existe pas de toxicité suite à l’administration de fortes doses de forme naturelle de vitamine K.

4) Apports nutritionnels en vitamine K

Les besoins sont encore mal connus. La seule certitude est qu’ils sont extrêmement faibles car le mécanisme de recyclage est très efficace.

L’ANSES (Agence française de sécurité sanitaire des aliments) propose 45 micro g par jour pour les adultes.

5) Sources alimentaires

Les besoins sont couverts par une alimentation variée puisqu’un repas normal peut apporter jusqu’à 300 à 400 micro g de vitamine K.

100-1000 micro g de phylloquinone 10-100 micro g de phylloquinone 1-10 micro g de phylloquinone 0,1-1 micro g de phylloquinone
Brocoli Haricot-vert Pomme Avocat
Chou Concombre Aubergine Maïs
Laitue Poireau Bœuf Poisson
Cresson Pois Huile de maïs Ananas
Epinard Huile d’olive Huile de tournesol Orange
Huile de colza Foie Yaourt
Huile de soja Prune Banane

En conclusion, la vitamine K peut être administrée à titre préventif lorsqu’il a risque d’hémorragie, systématiquement pour le nouveau-né » et dans les états de carence consécutifs à certaines affections (hépatite, cirrhose…).